L’utilisation du cannabis pour la sciatique et la lombalgie chronique.

massageoil-e1468833443466
Facebooktwitterlinkedin

Les douleurs Lombaires représentent une affection fréquente qui touche beaucoup d’individus à un certain moment de leur vie. [1] Il est estimé qu’entre 5,0 % et 10,0 % de ces cas pourraient se développer en lombalgie chronique (CLBP) : une affection beaucoup plus lourde avec des coûts de traitement élevés, responsable de nombreux congés maladie et de souffrances individuelles. [2]

Nous pouvons observer une prévalence en hausse de CLBP après 40 ans d’âge et des différences face à cette condition entre homme et femme

Nous pouvons observer une prévalence en hausse de CLBP après 40 ans d’âge et des différences face à cette condition entre homme et femme

Étant donné les mauvais résultats des médicaments actuellement utilisés pour la gestion des symptômes CLBP et le nombre croissant d’interventions chirurgicales ayant échouées, sans oublier la longue liste des effets indésirables associés au traitement traditionnel (gabapentine, NSDAI, opioïdes et tricycliques antidépresseurs principalement), la CLBP requiert plus d’attentions. [3] ; Nous avons recherché les effets et les résultats suite à l’utilisation d’opioïdes et des cannabinoïdes dans le traitement de la douleur inflammatoire dans un autre article : Les cannabinoïdes et la douleur chronique. Ce que votre pharmacie ne veut pas que vous sachiez.

Les Phytocannabinoïdes ont été largement utilisés tout au long de l’histoire à des fins thérapeutiques diverses, en particulier analgésiques et il est maintenant bien établi que l’activation du système endocannabinoïde réduit la sensation de douleur aux niveau central et périphérique. [4] [pour approfondir votre compréhension, vous pouvez lire notre revue Les Endocannabinoïdes sont les analgésiques du corps ].

Des preuves anecdotiques indiquent l’efficacité possible de la consommation de cannabis comme traitement d’appoint dans la lombalgie chronique. Une étude récente réalisée par le service d’orthopédie de l’hôpital Hasharon, en Israël, a évalué l’efficacité d’un traitement à base de cannabis médical pour des malades souffrants de lombalgie chronique. Celle-ci a donné des résultats très encourageants.

Étude croisée

Qui a été admis dans l’étude?

Les prérequis pour les patients :Cannabis lombalgie chronique

  • Etre agés de plus de 25 ans
  • Avoir fait preuve sur scanner ou IRM d’hernie discale ou de sténose spinale
  • Avoir un défaut de stupéfiants d’au moins 2
  • Avoir consenti à l’utilisation de cannabis médicinal

Parmi ces patients, ont été exclus ceux montrant des évidences de cancer des os, ceux qui souffraient de neuropathie diabétique ou de réactions psychotiques préalables.


Méthodes

  • Le nombre total de patients CLBP inscrits était de 39.
  • Ils ont été évalués au départ (mois 0), au milieu de l’étude (mois 3) et à la fin de celui-ci, au mois 6.
  • La douleur, essentiellement subjective, était évaluée à l’aide d’une échelle visuelle analogique et SF-12 (qualité des scores de vie) ainsi qu’avec un questionnaire « inventaire de douleur ».
Bref inventaire de douleur

Bref inventaire de douleur

  • L’utilisation du Cannabis a été fixée à 20 grammes par mois, avec possibilité d’augmentation de dose seulement après les 4 premiers mois de traitement.
  • La méthode recommandée est par inhalation (vaporisation / fumeurs).
  • L’utilisation quotidienne a été suggérée à une dose de 160 mg, 4 fois par jour.
  • Le Cannabis n’était pas utilisé pour remplacer le traitement actuel, mais a été ajouté au traitement en cours.

Lombalgie: résultats de l’étude

Il y avait une réduction élevée dans l’échelle analogique visuelle (VAS) pour la douleur, qui a diminué sensiblement de 85 points au début de l’étude à 32 après 06 mois.

VAS pour la douleur : un score plus élevé correspond à plus de douleur

VAS pour la douleur : un score plus élevé correspond à plus de douleur

La santé physique globale a été évaluée positivement (SF12-SCP amélioré, passant de 21 points contre 52), et, avec cela, la santé mentale et le bonheur affectif (SF12-MCS) qui était de 23 points ont augmenté à 53.

Les conclusions tirées par les chercheurs montrent que l’utilisation à court terme du cannabis médical fumé diminue la sensation de douleur physique et améliore la fonction mentale tout en diminuant les niveaux de douleur chronique faible pour les personnes souffrant de maux. [5]

Ces résultats ont été accompagné d’une augmentation nette de l’emploi pour le malade de CLBP, contrairement à la prescription actuelle d’opioïdes qui le contraint à rester à la maison au lieu de travailler.

L’inconvénient majeur est qu’en Israël, pour bénéficier de la thérapie au cannabinoïdes, il faut être suivi au moins 1 an par un neurologue : ce qui est extrêmement coûteux et terriblement frustrant. Dr Robinson, investigateur de l’étude principale, a dit au cours de l’International Cannabinoid Research Society ICRS 2016 que malheureusement seulement une élite de gens peut donc avoir accès à une amélioration de qualité de vie grâce au cannabis.

Israël, a commencé à produire le cannabis médical en 2007, après que les spécialistes aient demandé au ministère de la santé de fournir des enregistrements pour les patients.medical-cannabis

Aujourd’hui, 23 000 patients bénéficient de cannabis médicinal en Israël. La majorité de ces patients sont
traitées pour des cancers (56,6 %) et pour la gestion de la douleur (26,9 %). Une étude épidémiologique récente a signalé que 71,7 % des patients traité au cannabis décrivent des améliorations significatives de leur condition après seulement 1 mois de thérapie, et que ce pourcentage monte jusqu’à 92 % après 2 mois. [6]

Conclusion

Cette étude réinjecte de l’espoir qu’un jour le cannabis puisse être utilisé comme traitement de premier recours avant les interventions chirurgicales coûteuses et envahissantes et au lieu de traitement à base d’opioïdes.

 

Avez-vous aimé cet article?

Ce contenu original vous a été offert gratuitement sans publicité grâce aux contributions de nos lecteurs. Vous aussi vous pouvez nous soutenir. Découvrez comment le faire ici! Merci

 

Droits d’auteur, NatureGoingSmart. Ne peut pas être réimprimé sans permission.

Référence:

[1] Andersson GB. Epidemiological features of chronic low-back pain. Lancet. 1999;354(9178):581-5

[2] Melloh M, Röder C, Elfering A, Theis JC, Müller U, Staub LP, et al. Differences across health care systems in outcome and cost-utility of surgical and conservative treatment of chronic low back pain: a study protocol. BMC Musculoskelet Disord. 2008;9:81.

[3] Selph, S Carson, S Fu, R et al. (2011). Drug Class Review Neuropathic Pain.Available: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMH0016164/pdf/TOC.pdf. Last accessed 4/3/15

[4] Pertwee RG: Cannabinoid receptors and pain. Prog Neurobiol 2001, 63:569-611

[5] Dror Robinson. Effect of cannabis use on severity of chronic low back pain and sciatica. ICRS2016

[6] Bar-Lev Schleider, L Mechoulam, R Sikorin, I et al. Epidemiological characteristics of patients treated with medical cannabis. ICRS2016

 

 

Viola Brugnatelli

Viola Brugnatelli is a Neuroscientist specialised in Cannabinoid circuitry, GPCRs signalling, and neuropharmacology. Her academy and research training let her gain extensive experience on medical cannabis and phytoceuticals both from preclinical as well as clinical perspective. She works as a consultant and speaker at seminars, workshops & tutorials for MDs, Universities and individual patients. She has been raised by the concepts of equality, responsibility and love towards the environment, others and oneself. In her vision, collective human knowledge behold the power for overall improvement of life at all its forms, thus, it should be accessible and shareable. Viola is currently researching therapeutic potentials of terpenes at University College of Dublin, Ireland, and established since 2014 the Science Online Magazine Nature Going Smart.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *