Douleurs chroniques et cannabinoïdes

Douleurs chroniques et cannabinoides - Cannabis - Nature Going Smart
linkedin

Contenu de cet article:

1) Pourquoi utiliser les cannabinoïdes pour traiter vos douleurs chroniques?

2) Récepteur CB1 et son action contre la douleur

3) Cannabinoïdes VS Opioïdes

4) Vous avez aimé cet article? ; Références

 


Pourquoi utiliser les cannabinoïdes pour traiter vos douleurs chroniques?

Douleurs chroniques et cannabinoides - Nature Going Smart

Dans l’histoire, les phytocannabinoides ont largement été utilisés à des fins thérapeutiques, et plus particulièrement en tant qu’analgésiques. Cependant, le circuit des cannabinoïdes est relativement récent, 20 ans seulement se sont passés depuis la première caractérisation grâce aux recherches pionnières de Raphaël Mechoulam. Ses recherches ont fait basculer ce remède maison au rang des recherches pharmacologiques.[1]

Depuis la découverte des récepteurs cannabinoïdes, la gestion de la douleur est devenue l’une des branches principales de recherche.

Des preuves irréfutables ont montré que les cannabinoïdes diminuent les douleurs de l’allodynie thermique et mécanique, montrant ainsi leurs rôles dans la douleur neuropathique. [2]

Allodynie = la survenue d’une douleur déclenchée par un stimulus qui est normalement indolore.

Récepteur CB1 et son action contre la douleur

Récepteur CB1 - Nature Going Smart

Le principal médiateur de l’effet antinociceptif (qui inhibe la sensibilité à la douleur) se trouve être le récepteur CB1. Ces récepteurs sont situés principalement dans le système nerveux. Dans le traitement de la douleur, il est donc bénéfique de cibler directement ces récepteurs dont la répartition anatomique permet d’atteindre le centre de la douleur situé dans le cerveau. [3]

Les agonistes de ce récepteur CB1 (tout médicament qui active les récepteurs CB1, tels que le THC), prévient l’embrassement de la douleur (en anglais : wind-up) dans la corne dorsale (une sensation exagéré de la douleur qui peut emmener à une allodynie, de l’hyperalgésie et tous autres types de douleurs neuropathiques).

Hyperalgésie = augmente la sensation de douleur, habituellement due à des récepteurs et des terminaisons nerveuses endommagés.

Par conséquent, il est crucial de comprendre que savoir manipuler le circuit des cannabinoïdes est plus avantageux que cibler directement les opioïdes dans le traitement de la douleur neuropathique. [3,4]

De plus, les médecines qui activent les récepteurs CB1 maintiennent son efficacité, contrairement à la morphine qui devient moins efficace avec le temps (ce qui fait qu’à la longue on doit augmenter le dosage et avec lui les risques d’effets secondaires).

Cannabinoïdes VS opioïdes

La médication couramment utilisée dans le traitement de la douleur reste principalement des opioïdes. Seulement environ 50 % des personnes qui souffrent y trouvent leur compte dans le soulagement de leurs symptômes. Le secteur médical tirerait un grand bénéfice à utiliser des médicaments qui agissent sur la modulation du système cannabinoïde.[5]

Les opioïdes sont prescrits dans le monde entier et c’est seulement récemment que le Sativex a été approuvé dans le traitement de la douleur dans certains pays européens.

Ci-dessous, nous avons recensé les effets secondaires de ces deux produits (cannabinoïdes vs opioïdes).

Gardez à l’esprit que partir à la recherche d’une thérapie à base de cannabinoïdes ne veut pas forcément dire utiliser des médicaments à base de THC (cannabinoïde responsable de l’effet psychoactif). De nombreuses recherches vont justement dans ce sens, et rendent les médicaments à base de cannabinoïdes plus surs et non psychoactifs.

Cannabinoids VS opioids - comparison chart - Nature Going Smart

 

Nb: certain des effets secondaires cités pour le cannabis ne sont pas des « effets non désirés » par les patients comme la bronchodilatation, l’aide au sommeil, le soulagement des crampes, les propriétés anti inflammatoires et antispasmodiques, nous les reportons simplement pour faire un comparatif avec la morphine.

Nature Going Smart - Support

Vous avez aimé cet article?
Ce contenu original vous a été offert sans publicité grâce aux contributions de notre lectorat. Vous aussi vous pouvez nous soutenir de multiples façons. Regardez ici par exemple! Merci.

Copyright, Nature Going Smart. Ne peut pas être imprimé sans permission.

Traduit par Alpha-CAT ; english version here


Références:

[1] British Medical Association (1997) Therapeutic Uses of Cannabis. London, Harwood Academic Publishers

[2] Fox, A., Kesingland, A., Gentrym C., McNair, K., Patel, S., Urban, L., James, I. (2001) The role of central and peripheral Cannabinoid 1 receptors in the antihyperalgesic activity of cannabinoids in a model of neuropathic pain. Pain, 92, 91-100.

[3] Martin, B.R., Lichtman, A.H. (1998) Cannabinoid transmission and pain perception. Neurobiol.Dis., 5, 447-461.

[4] Lichtman, A.H., Martin, B.R. (1991) Spinal and supraspinal components of cannabinoid-induced antinociception. J.Pharmacol. Exp. Ther., 258, 517-523.

[5] Mao, J., Price, D.D., Lu, J., Keniston, L., Mayer, D.J. (2000) Two distinctive antinociceptive systems in rats with pathological pain. Neurosci. Lett., 280, 13-16.

Viola Brugnatelli

Viola Brugnatelli is a Neuroscientist specialised in Cannabinoid circuitry & GPCRs signalling. Her academy and research training let her gain extensive experience on medical cannabis and terpenes both from preclinical as well as clinical perspective.
In her vision, collective human knowledge behold the power for overall improvement of life, thus, it should be accessible and shareable.
Viola is Founder of the science online magazine Nature Going Smart, and works as a consultant for companies & individual patients, as a speaker at seminars and workshops and as a lecturer in a CME course on Medical Cannabis in Italy, at the University of Padua.

You may also like...

2 Responses

  1. Geoffrey says:

    “I obviously need all Translation into English please!”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *